Ma collection d’insectes 2/6 : La capture

Constituer une collection d’insectes demande de suivre un protocole, des méthodes et du matériel bien spécifiques concernant la collecte des insectes et des données liées, l’étalage des spécimens, la détermination des espèces et la mise en boîte. Cet article et les suivants ont donc pour vocation de vous présenter comment je procède.

Comment capturer des insectes?

Pour attraper des insectes, plusieurs techniques et matériels existent, qui dépend du type d’insectes recherché et de l’habitat dans lequel on se trouve. Je vous en présente quelques exemples ici :

Utilisation du filet fauchoir (Illustration de Jacques Goldstyn - Insectarium de Montréal)

Utilisation du filet fauchoir (Illustration J. Goldstyn – Insectarium Montréal)

Le filet fauchoir : ce filet sert à collecter les insectes qui se trouvent dans les herbes et les buissons. Il est idéal pour attraper des insectes comme les Orthoptères (criquets, sauterelles et grillons), les Coléoptères ou les Hétéroptères (punaises), des insectes qui ne volent pas ou peu. Son utilisation est simple, il s’agit de faucher les végétaux de droite à gauche sur une petite surface, de regarder ce qui est tombé dedans et de collecter ce qui nous nous intéresse (voir illustration). Il n’y a pas vraiment de critère de taille ou de matériaux de fabrication, il doit par contre être solide, notamment le filet, pour éviter les déchirures et permettre un fauchage même dans de la végétation dense.

Mouvement de rotation pour enfermer l'insecte (Illustration J. Goldstyn - Insectarium Montréal)

Mouvement de rotation pour enfermer l’insecte (Illustration J. Goldstyn – Insectarium Montréal)

Le filet à papillon : ce filet est utilisé pour
capturer des insectes volant comme les Lépidoptères (papillons), les Odonates (libellules), les Diptères (mouches) ainsi que les Hyménoptères (guêpes et abeilles). Son utilisation est tout aussi simple que le filet fauchoir, il s’agit de faire pénétrer l’insecte dans le filet et de refermer le filet pour éviter que l’insecte ne ressorte (voir illustration). Au contraire, ce filet est plus léger pour être plus maniable et ne pas endommager les insectes, mais également plus profond pour ne pas endommager les papillons par exemple. La taille du filet et du manche peuvent être large et long selon ce que l’on souhaite capturer. Beaucoup de ces filets ont un manche télescopique, jusqu’à 4m.

Battage et utilisation d'un parapluie japonais (Source : CIRAD - A. FRANCK)

Battage et utilisation d’un parapluie japonais (Source : CIRAD – A. FRANCK)

Le battage : cette technique consiste à frapper les branches et les feuilles des arbres et des arbustes pour faire tomber les insectes qui s’y cachent et de les réceptionner sur un support positionner sous le végétal. Pour cela, le matériel est simple, un bâton et une nappe de réception comme le « parapluie japonais » sont nécessaires (voir photo). Le battage ne convient pas aux insectes volant et sauteurs, mais à des petits insectes comme des chenilles, des punaises, des coléoptères et aussi des araignées.

L’aspirateur à bouche : Cet appareil permet la capture de tous petits insectes se déplaçant rapidement et qu’il est difficile d’attraper à la main ou avec une pince. Le principe est d’aspirer l’insecte pour qu’il se retrouve dans un récipient. L’aspirateur est composé d’un récipient fermé hermétiquement, d’où partent 2 tuyaux flexibles, dont l’un est recouvert d’une grille ou filet à l’intérieur du récipient pour éviter le passage de l’insecte dans la bouche (voir photo). De nombreux modèles existent, il est possible de se le fabriquer soit même, ou de l’acheter auprès d’un revendeur directement.

Exemple d'aspirateur (Source : CIRAD - A. FRANCK)

Exemple d’aspirateur (Source : CIRAD – A. FRANCK)

Exemple d'un aspirateur (Source : CIRAD - A. FRANCK)

Exemple d’un aspirateur (Source : CIRAD – A. FRANCK)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le piège au sol : Il est utilisé pour capturer des insectes vivants sur le sol et dans la litière du sol comme des carabiques (Carabidae), des staphylins (Staphylinidae), des fourmis (Formicidae) ou encore des bousiers (Scarabaeidae). Il s’agit de positionner un pot dans la terre pour que son ouverture soit au niveau du sol. Il sera placé dans le fond du pot un attractif alimentaire. Pour éviter que l’eau de pluie s’écoule dans le pot, une planche de bois, ou une tuile par exemple, devra être installée 5cm au dessus de l’ouverture du pot et du sol.

Chasse de nuit - Album photo Guyane (Source : Photo B. GILLES)

Chasse de nuit – Album photo Guyane – ©Photo B. GILLES

Le piège lumineux : Cette méthode permet de capturer les insectes nocturnes, volant et rampant, dont la période d’activité se situe entre la tombée de la nuit et minuit. Comme la lumière les attirent, l’idée est de tendre un drap blanc jusqu’au sol et de placer une source lumineuse en hauteur à quelques centimètres du drap. Les insectes sont surtout attirés par les longueurs d’onde Ultra-Violet, donc les ampoules à vapeur de mercure ou les tubes fluorescents sont les plus adaptés. La pratique du piège lumineux est plus efficace lors de nuit chaude et sans vent, aussi, éviter les nuits de pleines lune. Le drap peut être installé dans n’importe quel habitat (forêt, prairie, clairières…).

 Le conditionnement des insectes capturés

Aussitôt les insectes capturés sur le terrain, ils sont tués et placés dans des tube à alcool.

En ce qui concerne les papillons et les libellules, le tube à alcool ne convient pas, d’une part en raison de leur morphologie (grandes ailes) et d’autre part, en raison de la fragilité des ailes de papillons qui sont recouvertes d’écailles. La mise à mort de ces insectes se fera au congélateur une fois de retour du terrain. Pour leur transport, la meilleure technique est celle des enveloppes (ou papillotes). Elle consiste à placer le papillon ou la libellule dans une feuille de papier qui sera pliée pour maintenir l’insecte immobile les ailes repliées sur le dos. Ces papillotes peuvent se fabriquer rapidement ou être achetées chez tous vendeurs de matériels entomologiques (voir illustration).

Pliage pour réaliser une papillote à insecte (Source : http://www.tela-insecta.net)

Pliage pour réaliser une papillote à insecte (Source : http://www.tela-insecta.net)

Je reste, bien évidemment, à votre disposition pour toutes interrogations, demande de conseil, d’astuce ou/et d’expertise. N’hésitez pas à me contacter ici. Au plaisir de vous lire et de vous aider!

Recommandation d’ouvrages sur cette thématique :

– Bien débuter en entomologie : Les insectes


Benoît GILLES
Chargé de recherche – Entomologiste chez Cycle Farms


1 comment

  1. Garba mars 1, 2017 3:14   Répondre

    Je suis content de cette partie qui me rappelle avec plaisir et intérêt mes années d’étudiants.
    C’est simplement génial.
    Bravo!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *