Duvalius abyssimus : un coléoptère des profondeurs

La capacité de colonisation et d’adaptation des insectes à des milieux extrêmes et des habitats inhospitaliers étonne toujours plus. En témoigne : la découverte d’un coléoptère des profondeurs dans les galeries souterraines Krubera-Voronja du massif de l’Arabika (Caucase). Ce carabique, Duvalius abyssimus, a été collecté par près de 60 m de profondeur lors d’une expédition d’exploration menée par une équipe de spéléologues ibéro-russes entre 2010 et 2013.

Les coléoptères cavernicoles furent, historiquement, les premières espèces adaptées à la vie souterraine décrites. Ces insectes composent une part importante de la biodiversité de ces habitats au fort taux d’endémisme : ils constituent pour cela un modèle d’étude intéressant de l’histoire évolutive et de l’adaptation de ces espèces à ce type d’environnement singulier.

La région du Caucase est à ce titre un hotspot de biodiversité notamment pour les coléoptères Carabidae. Plusieurs genres y sont présents : Jeannelius (Kurnakov, 1959), Meganophthalmus (Kurnakov, 1959), Caucasaphaenops (Belousov, 1999), Taniatrechus (Belousov & Dolzhanski, 1994), Caucasorites (Belousov & Zamotajlov, 1997).

Illustration de Duvalius abyssimus (Source : José Antonia Penas)

Illustration de Duvalius abyssimus (Source : José Antonia Penas)

Le genre Duvalius (Delarouzée, 1859) se rencontre sur l’ensemble de l’aire méditerranéenne jusqu’en Asie. Il rassemble 220 espèces réparties en 9 sous-genres : Biharotrechus (Bokor, 1922), Duvalius s.str., Euduvalius (Jeannel, 1928), Hungarotrechus (Bokor, 1922), Neoduvalius (Muller, 1913), Paraduvalius (Kirsch, 1924), Platyduvalius (Jeannel, 1928), Trechopsis (Peyerimhoff, 1908) et Typhloduvalius (Kirsch, 1980).

Bien que ces espèces présentent des caractères morphologiques externes différents, leur détermination repose sur l’étude de leur genitalia (organes copulatoires mâles). Une révision taxinomique du genre est cependant nécessaire pour éclaircir sa complexité.

Ana Sofia Reboleira dans la grotte de Krubera-Voronja (Source : CESAM)

Ana Sofia Reboleira dans la grotte de Krubera-Voronja (Source : CESAM)

Les genres Duvalius et Trechus sont étroitement apparentés (tribu des Trechini) et présents dans la même région géographique. Les espèces de ces deux genres se différencient par l’étude des genitalia, de l’endophallus (paroi interne de l’organe génital) et de la pubescence des tibias.

Une nouvelle espèce du genre Duvalius : Duvalius abyssimus (Reboleira1,2 & Ortuño3, 2014) a été décrite récemment suite à une mission d’exploration spéléologique menée par une équipe ibéro-russe entre 2010 et 2013 dans les galeries souterraines de massif de l’Arabika, à l’ouest du Caucase (voir photos ci-contre). Collectés à 60 m de profondeur, les deux spécimens (un mâle et une femelle) ouvrent de nouvelles perspectives sur la connaissance de l’entomofaune cavernicole.

Duvalius abyssimus est la troisième espèce cavernicole du genre décrite dans la région ouest du Caucase. Les deux autres sont : D. miroshnikovi (Belousov & Zamotajlov, 1995), connue des grottes Bariban et Sochi, et du massif d’Alek en Russie ; D. sokolovi (Ljovuschkin, 1963) présente également dans le massif de l’Arabika.

1-Département de biologie et CESAM, Université de Aveiro, Campus de Santiago, 3810-193 Aveiro, Portugal

2- Département de biologie animale, Faculté de Biologie, Université de La Laguna, 38206 La Laguna, Tenerife, Canary Island

3- Département des sciences de la vie, Faculté de Biologie, Université de Alcali, Madrid, Espagne

Ecologie & habitat

La grotte Krubera-Voronja atteint 2140 m de profondeur (c’est la plus profonde connue au monde). A l’endroit où les spécimens ont été prélevés (-60 m), la température est de 3°C et l’hygrométrie de 100%. Malgré ces conditions défavorables, d’autres arthropodes ont colonisé ces galeries avec des degrés d’adaptation divers : le pseudoscorpion Neobissium (Blothrus) birsteini (Lapschoff, 1940) qui est le prédateur principal et le plus répandu à cet endroit où il cohabite avec l’opilion Nemaspela (Silhavy; 1966) et l’araignée Troglohyphantes (Joseph, 1881), seulement trouvées sur les parties supérieures de la grotte.

La plus grande partie de cette biocénose (ensemble des êtres vivants coexistant dans un espace écologique donné) est composée de saprophytes (qui s’alimentent de matière organique en décomposition) : mille-pattes de l’ordre des Chordeumatida, une espèce du genre Leucogeargia (Verhoeff, 1930) (Julidae), Collemboles Plutomurus ortobalaganensis (Jordana & Baquero, 2012) (Tomoceridae), Deuteraphorura kruberaensis (Jordana & Baquero, 2012) (Onychiuridae), Schaefferia profundissima (Jordana & Baquero, 2012) (Hypogastruridae), Anurida stereoodorata (Jordana & Baquero, 2012) (Neanuridae) et le coléoptère Catops cavicis (Giachino, 2011) (Leiodidae) (voir photos ci-contre).

Faune de la grotte de Krubera-Voronja - A Pseudoscorpion - B et C Opilion - D Catops cavicis - E Troglohypantes sp. - F Diplopode (Source : Reboleira)

Faune de la grotte de Krubera-Voronja – A Pseudoscorpion – B et C Opilion – D Catops cavicis – E Troglohypantes sp. – F Diplopode (Source : Reboleira)

Distribution verticale de la faune de la grotte Krubera-Voronja (Source : Reboleira)

Distribution verticale de la faune de la grotte Krubera-Voronja (Source : Reboleira)

Description de Duvalius abyssimus

Les individus collectés mesures 6,60 et 6,77 mm.

L’espèce présente les adaptations morphologiques externes liées aux environnements souterrains caractérisés par l’absence totale de lumière : yeux réduits (ici limité à quelques ommatidies, lire cet article) et soies longues et fines sur tout le corps. Le sens du toucher remplace celui de la vue devenu inutile.

 

Figure 1 : Description morphologique de Duvalius abyssimus - trait d'échelle : 1 mm (Source : Rebondira & Ortuno, 2014)

Description morphologique de Duvalius abyssimus – trait d’échelle : 1 mm (Source : Reboleira & Ortuno, 2014) (Modifié par B. GILLES)

 Source :

Reboleira A.S. & Ortuño V.M. (2014) : A new species of Duvalius from world’s deepest cave (Coleoptera : Carabidae), Zootaxa 3784(3):267-274

Benoît GILLES
Chargé de recherche – Entomologiste chez Cycle Farms


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *