Coléoptères du monde : une encyclopédie – Interview de Patrice Bouchard

Coléoptères du monde : une encyclopédie
Editions Delachaux & Niestlé

en vente depuis le 7 avril 2016

Les coléoptères deviennent de véritables vedettes : cet ordre incroyablement diversifié et adapté à d’innombrables milieux fédère quelque 400 000 espèces décrites, dont la biologie est souvent d’une stupéfiante sophistication, qui déclinent une hallucinante diversité d’architectures, de colorations et de corpulences, allant de quelques dixièmes de millimètres aux quelques cent gramme d’un imposant Goliathus africain.

C’est une équipe d’entomologistes associant Canadiens, Américains et Néo-Zélandais, orchestrée par Patrice Bouchard (Ottawa), que l’on doit cet ouvrage (« The Book of Beetles« ) imposant, voire fascinant, remarquablement illustré, qui invite à (re)découvrir les coléoptères : toutes les familles ou presque y ont en effet été conviées, chaque espèce retenue étant photographiée en taille réelle et agrandie de façon à en livrer les détails aussi infimes que somptueux. La version française (« Coléoptères du monde : une encyclopédie« ) a été réalisée par Denis Richard, entomologiste et naturaliste, auteur connu également comme traducteur de nombreux ouvrages consacrés à la nature ou aux jardins – notamment aux éditions Delachaux.

Et ce que nous y découvrons ne peut manquer de nous étonner (une fois de plus dans l’univers des insectes !) : tel gros charançon de Nouvelle-Guinée (Gymnopholus lichenifer, littéralement « celui qui porte du lichen ») véhicule sur ses élytres un microcosme associant lichens, nématodes et acariens ; certains ténébrionidés supportent quant à eux des températures descendant à moins de -60°C (lire cet article) ; l’étonnante femelle de Platerodrilus korinchianus, un Lycidae de la péninsule malaisienne, évoque étonnamment une sorte de trilobite ; Hypocephalus armatus fouit la terre brésilienne à l’image d’une courtilière (il a fait récemment l’objet d’une note sur ce blog)… Bref, la somme que propose Patrice Bouchard et ses collègues permet de faire connaissance avec quelque 600 espèces toutes emblématiques par l’un ou l’autre de leurs traits, toutes magnifiquement illustrées, toutes attachantes, admirées ou redoutées…

En un mot, si cette « bible » des coléoptères a de quoi séduire le coléoptériste confirmé comme l’entomologiste novice, elle saura également retenir l’attention de tout naturaliste ou, simplement, de quiconque se montre curieux de l’incroyable génie du vivant qu’elle concoure à sublimer. Il est donc naturel qu’elle trouve une place méritée auprès des lecteurs de « Passion-entomologie » …

Benoît GILLES

Pour vous procurer les ouvrages évoqués ici, suivez les liens en bas de cet article.

 


 

Interview de Patrice BOUCHARD – PhD
Chercheur en entomologie
Professeur auxiliaire à l’Université d’Ottawa
Conservateur de la section des Coléoptères (Collection nationale canadienne d’insectes, arachnides et nématodes)
Patrice BOUCHARD dans le désert de Namibie lors d'une expédition récente à la recherche de Tenebrionidae (Source : P. BOUCHARD)

Patrice BOUCHARD – Désert de Namibie (Source : P. BOUCHARD)

« Passion-Entomologie » remercie vivement Patrice Bouchard d’avoir accepté avec gentillesse de répondre à quelques questions et de nous faire ainsi partager sa passion pour les insectes.

  • Patrice, d’où tenez-vous cette passion pour l’entomologie en général, et plus particulièrement pour les coléoptères ?

Je suis passionné de nature depuis mon plus jeune âge. Dès lors, je savais qu’un jour je deviendrai biologiste mais c’est seulement à l’université que j’ai décidé de me concentrer sur l’entomologie. Au début, j’ai étudié plusieurs groupes d’insectes pour ma maitrise et c’est durant ces deux années que j’ai jugé que les coléoptères sont vraiment les plus « cools » ! Leur grande diversité (biologique et morphologique) est tout à fait passionnante et ce groupe offre un nombre époustouflant de défis à relever…

  • Quels sont vos thèmes de recherche actuels ?
Patrice BOUCHARD et un couple de coléoptères guyanais Megasoma actaeon (Source : P. BOUCHARD)

Patrice BOUCHARD et un couple de coléoptères guyanais Megasoma actaeon (Source : P. BOUCHARD)

Je suis employé au département fédéral « Agriculture et agro-alimentaire Canada » donc mes recherches biologiques, taxonomiques et phylogénétiques portent surtout sur des groupes qui ont un impact potentiel ou réel sur l’agriculture, la sylviculture et les environnements naturels, ici, au Canada. Je publie avant tout sur deux grands groupes de coléoptères, les Tenebrionidae qui contiennent environ 20 000 espèces décrites, et les Cucurlionidae, qui en contiennent environ 60 000 ! Ces deux groupes m’occupent bien, en particulier avec les effets des changements climatiques et les échanges commerciaux mondiaux qui amènent régulièrement des espèces non-indigènes au Canada.

  • Comment avez-vous eu l’idée d’écrire et de coordonner une telle somme sur les coléoptères ? A-t-il été facile de trouver un éditeur pour cet ouvrage si richement illustré ?

Je dois admettre que ce projet a débuté avec une idée initiale de l’équipe d’édition de la compagnie Ivy Press, au Royaume Uni. Ce livre, qui est semblable en terme de format et contenu avec d’autres produits publiés auparavant par cette même compagnie avec la collaboration University of Chicago Press (par exemple : The Book of Shells et The book of leaves), était le premier dédié à ce groupe d’arthropodes. J’ai accepté leur offre de réunir une équipe d’auteurs et le contenu de ce livre dans le cours délai imparti, ce qui a constitué un défi de taille… Comme vous le mentionnez, le grand nombre de photos à produire (dont beaucoup à partir de spécimens rares empruntés dans plusieurs collections de part le monde) nous a demandé beaucoup d’acharnement.

  • Comment positionnez-vous ce livre par rapport à son lectorat potentiel : il n’est pas strictement destiné au néophyte (et peut même se révéler parfois complexe), mais, en même temps, il ne constitue pas un traité propre à la diagnose…

The Book of Beetle

Ivy Press – 2014

Book of beetle

Couv Coléoptères du monde

Coléoptères du monde : Une encyclopédie

Delachaux & Niestlé – 2016

Plusieurs livres sur les coléoptères sont publiés chaque année et leur contenu entre normalement dans deux catégories. Il y a ainsi des traités plus techniques sur de petits groupes avec des clés d’identification pour les genres et les espèces. Il y en a d’autres qui portent sur la faune entière mais ceux-ci sont généralement restreints à de petites régions géographiques pour diminuer le nombre de groupes et d’espèces à traiter. Je crois que notre livre peut se démarquer des deux si on le considère comme un hommage unique à la diversité des coléoptères de la planète.

Une importante contribution est l’inclusion de photos à haute résolution d’espèces de toutes grandeurs (de moins de 1mm à plus de 16cm). Nous étions fiers de pouvoir présenter les plus grosses espèces mais aussi de faire découvrir la beauté des petites, qui sont tout aussi intéressantes… Ces insectes sont également présenté dans leur taille naturelle, ce qui aide le lecteur à imaginer les individus vivants dans leur habitat. Le succès de la version anglaise de ce livre montre que son lectorat est très varié, allant des enfants jusqu’aux entomologistes professionnels. En tant que chercheur, je crois que nous avons la responsabilité importante de communiquer notre passion et nos connaissances au grand public, ne serait-ce que pour stimuler et encourager les gens à porter plus d’attention au monde qui nous entoure.

  • Les entomologistes ayant collaboré à ce livre ont fait des choix drastiques dans les coléoptères présentés : y-a-t-il trois ou quatre espèces que vous regrettez plus particulièrement de ne pas voir figurer dans cette « bible des coléoptères » ?

Box beetlesBox of Beetles

Boîte de 100 cartes postales où figurent les espèces les plus photogéniques de l’ouvrage « The Book of Beetles »

Le nombre d’espèces intéressantes de coléoptères est énorme !

Je suis toujours à l’aguet de toutes découvertes passionnantes sur le terrain ou dans les publications que je lis. J’ai une grande listes d’autres espèces qui auraient pu faire partie du contenu de ce livre. Je vais continuer de l’enrichir pour des projets futurs (peut-être une deuxième édition plus volumineuse pourrait-elle s’envisager) mais vous pouvez également me contacter directement par courriel pour me suggérer vos espèces favorites, si vous voulez… patrice.bouchard@agr.gc.ca

  • Conseilleriez-vous à un jeune passionné de se lancer dans une carrière d’entomologiste professionnel (en France, les filières sont peu nombreuses et les débouchés restent minces) ?

J’ai eu de la chance d’étudier en Australie pour mon doctorat : cela reste une expérience biologique et culturelle incroyable. Il n’y avait pas de débouché apparent pour une carrière en entomologie après mes études mais je me suis évertué à produire des résultats de recherche intéressants et, finalement, tout a bien fonctionné pour moi. J’ai été engagé dans le meilleur des postes possibles compte tenu de mes qualifications dans mon pays (à la Collection Nationale Canadienne d’insectes, arachnides et nématodes). L’an dernier, cinq nouveaux chercheurs en entomologie ont rejoint notre équipe à la collection. Je ne connais pas spécifiquement les filières en France mais je crois qu’il y aura toujours de la place, dans le monde de la science en général, pour plus de passion et d’étudiants motivés !

  • Auriez-vous un ou deux « souvenirs entomologiques », pour reprendre le titre des mémoires de Fabre, dont vous aimeriez nous faire profiter ?
Patrice BOUCHARD lors du lancement du livre The Book of the Beetles à Washington D.C. en compagnie des co-auteurs : Lourdes CHAMARRO (à gauche) et Art EVENS (à droite) (Source : P. BOUCHARD)

Patrice BOUCHARD lors du lancement du livre The Book of the Beetles à Washington D.C. en compagnie des co-auteurs : Lourdes CHAMORRO (à gauche) et Art EVENS (à droite) (Source : P. BOUCHARD)

Mes souvenirs entomologiques les plus précieux sont associés aux expéditions sur le terrain auxquelles j’ai eu la chance de participer. J’ai passé du temps à chasser les coléos dans les grandes forêts tropicales du monde ainsi que dans des déserts isolés. Je passe beaucoup de temps sur le terrain à marcher et à chercher les coléos nocturnes (surtout les Tenebrionidae) qui n’ont pas d’ailes et ne sont donc pas capturés avec les techniques d’échantillonnages communes. Le monde des arthropodes et des autres créatures nocturnes est toujours aussi impressionnant et étonnant pour moi ! Durant ces expéditions, nous rencontrons souvent des gens de cultures variées plus intéressantes les unes que les autres. J’ai eu notamment la chance d’en apprendre beaucoup sur les Mayas de la région de Lacandon durant un voyage au Mexique et sur les tribus Himbas à l’occasion de travaux en Namibie.

Pour vous procurer ces ouvrages :
Rubrique interviews

Dans la même rubrique, vous pouvez découvrir les interviews de :

  • David GIRON (entomologiste-chercheur CNRS – IRBI-Université de Tours)
  • Henri-Pierre ABERLENC (entomologiste CIRAD)
  • Nicolas MOULIN (entomologiste indépendant)
  • Marius BREDON (entomologiste – diplômé du Master 2 de Tours)
  • Bruno MERIGUET (Entomologiste – Office Pour les Insectes et leur Environnement – OPIE)
  • Adrian Hoskins (Entomologiste de renommée internationale – Spécialiste des papillons rhopalocères)
  • Christophe Avon (Entomologiste au LEFHE, Directeur du MAHN-86 et Fondateur de World Archives of Science – WAS)
  • Pierre-Olivier Maquart (Entomologiste spécialiste de Cerambycidae africains et des Amblypyges – Doctorant à l’Université de Sterling)
Benoît GILLES
Chargé de recherche – Entomologiste chez Cycle Farms


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *