Tagged: capture

Constituer une collection d’insectes demande de suivre un protocole, des méthodes et du matériel bien spécifiques concernant la collecte des insectes et des données liées, l’étalage des spécimens, la détermination des espèces et la mise en boîte. Cet article, les précédents et le suivants ont donc pour vocation de vous présenter comment je procède.

Comment tuer les insectes collectés?

Plusieurs méthodes sont utilisées, toutes avec leurs avantages et leurs inconvénients. Certaines font appel à des produits chimiques et nocifs. Pour ma part, je préfère ne pas m’en servir et me contenter de techniques sans danger et tout aussi efficace.

La congélation : la pratique la plus facile et qui nécessite aucune précaution et produit chimique. Cela consiste tout simplement à laisser les spécimens capturés au congélateur plusieurs heures, voir plusieurs jours, car certaines espèces résistent bien à la congélation. Cette méthode convient à tous les types d’insectes (papillons, fourmis, libellules, coléoptères…). A titre personnel, j’utilise la congélation notamment pour les insectes ailés comme les Odonates (libellules) et les Lépidoptères (papillons).

L’éthanol : Il s’agit d’immerger les insectes dans de l’alcool à 70°, voir 90° (peu de temps, pour ensuite être dilué). Cette pratique à l’avantage de pouvoir tuer les insectes dès leur capture sur le terrain, ce qui évite (suite…)

Constituer une collection d’insectes demande de suivre un protocole, des méthodes et du matériel bien spécifiques concernant la collecte des insectes et des données liées, l’étalage des spécimens, la détermination des espèces et la mise en boîte. Cet article et les suivants ont donc pour vocation de vous présenter comment je procède.

Comment capturer des insectes?

Pour attraper des insectes, plusieurs techniques et matériels existent, qui dépend du type d’insectes recherché et de l’habitat dans lequel on se trouve. Je vous en présente quelques exemples ici :

Utilisation du filet fauchoir (Illustration de Jacques Goldstyn - Insectarium de Montréal)

Utilisation du filet fauchoir (Illustration J. Goldstyn – Insectarium Montréal)

Le filet fauchoir : ce filet sert à collecter les insectes qui se trouvent dans les herbes et les buissons. Il est idéal pour attraper des insectes comme les Orthoptères (criquets, sauterelles et grillons), les Coléoptères ou les Hétéroptères (punaises), des insectes qui ne volent pas ou peu. Son utilisation est simple, il s’agit de faucher les végétaux de droite à gauche sur une petite surface, de regarder ce qui est tombé dedans et de collecter ce qui nous nous intéresse (voir illustration). Il n’y a pas vraiment de critère de taille ou de matériaux de fabrication, il doit par contre être solide, notamment le filet, pour éviter les déchirures et permettre un fauchage même dans de la végétation dense.

Mouvement de rotation pour enfermer l'insecte (Illustration J. Goldstyn - Insectarium Montréal)

Mouvement de rotation pour enfermer l’insecte (Illustration J. Goldstyn – Insectarium Montréal)

Le filet à papillon : ce filet est utilisé pour
capturer des insectes volant comme les Lépidoptères (papillons), les Odonates (libellules), les Diptères (mouches) ainsi que les Hyménoptères (guêpes et abeilles). Son utilisation est tout aussi simple que le filet fauchoir, il s’agit de faire pénétrer l’insecte dans le filet et de refermer le filet pour éviter que l’insecte ne ressorte (voir illustration). Au contraire, ce filet est (suite…)

Avec ces articles, je souhaite vous faire partager mes motivations et mes connaissances sur la création d’une collection entomologique et vous expliquer son objectif .

Pourquoi réaliser une collection entomologique?

Une collection d’insectes peut avoir plusieurs objectifs comme esthétique, posséder des raretés, constituer une diversité d’espèces et d’individus, le profit financier ou encore un intérêt scientifique. Pour ma part, j’ai opté pour cette dernière option.

Passionné d’insectes, j’ai toujours eu le plaisir à les observer dans la nature, de les élever et de comprendre leur biologie. C’est donc dans une suite logique que l’idée de les collectionner est apparue. Au début, il s’agissait de capturer des insectes et de les mettre dans des pots sans réelle technique et but. Puis, le désir de constituer une collection dans une démarche scientifique s’est très vite inscrite en moi. Au cours des années, j’ai ainsi pu acquérir les techniques, les compétences et la méthodologie nécessaires pour mener à bien cette collection.

Ma première motivation à réaliser une collection est d’aller à la recherche de nouvelles espèces d’insectes, de découvrir de nouveaux biotopes et écosystèmes. Quand je découvre des insectes que je rencontre pour la première fois, cela aiguise ma curiosité et de nombreuses questions viennent à moi : (suite…)