Monthly Archives: février 2015

L’équipe internationale dirigée par le Professeur suisse Peter Nagel et le doctorant Thomas Hertach viennent de publier dans la revue « Zoological Journal of the Linnean Society » une nouvelle classification  des cigales de montagne de Suisse et d’Italie. Auparavant, l’ensemble des populations de cigale de ces régions étaient regroupées en une seule espèce : Cicadetta montana (Scopoli, 1772). Or, des études morphologiques, acoustiques et génétiques ont révélé l’existence d’une nouvelle espèce : Cicadetta sibillae, qui fait partie d’un complexe de 10 espèces issues d’une seule espèce ancestrale du Pléistocène.

Figure 1 : Coupe transversale du thorax d'une cigale : description des timbales

Figure 1 : Coupe transversale du thorax d’une cigale : description des timbales (Source : Encyclopedia of Insects – 2009 – Modifié par B. GILLES)

Les cigales, de la famille des Cicadidae (Hemiptera), sont des insectes qui présentent peu de variations morphologiques, la distinction entre les différentes espèces se base essentiellement sur la nature de leur chant. Le mâle de chaque espèce émet un son spécifique en rythme, en fréquence et en intensité qui leur permet d’attirer le bon partenaire sexuel. Le son est produit par la contraction de muscles thoraciques faisant vibrer un organe : la timbale (voir figure 1 et vidéo en bas de page).

Les scientifiques de cette étude, le suisse Peter Nagel de l’Université de Bâle en Suisse, le doctorant Thomas Hertach et leurs collègues de Slovénie et des Etat-Unis, ont donc entrepris de caractériser sept populations différentes de Suisse et d’Italie sur des critères morphologiques, acoustiques et génétiques. Leurs résultats indiquent (suite…)

Comme vous avez pu le lire dans mes différents articles, je réalise des élevages de plusieurs espèces d’insectes depuis de nombreuses années, et notamment des colonies de fourmis.

Par cet article, je souhaite vous les faire découvrir.

Ce qui est intéressant chez les fourmis, comme tous les insectes sociaux, est la diversité des comportements que l’on peut observer, leur organisation complexe et leur faculté à s’adapter facilement à des environnements captifs. Chaque espèce présente des caractéristiques comportementales, biologiques et alimentaires qui lui sont propres.

Avant de s’en procurer, il est avant tout nécessaire de s’approprier les connaissances de base. Pour cela, je vous conseille de lire mes deux articles à ce sujet : Construire une fourmilièreSe procurer des fourmis. Aussi, je vous invite à visiter ce site internet et son forum où vous trouverez toutes les réponses à vos questions et vous pourrez échanger avec toute une communauté de myrmécophiles, dont moi-même! http://www.myrmecofourmis.com

En ce début d’année 2015, j’ai fait l’acquisition de deux jeunes colonies, constituées d’une reine et de quelques ouvrières, l’une de l’espèce Messor barbarus et la seconde Lasius niger. Elles sont placées dans un tube à essai qui est relié à une aire de chasse (voir photo 1, 2 et 3).

Nid de jeunes colonies de fourmis, tube à essai et aire de chasse

Photo 1 : Nid de jeunes colonies de fourmis, tube à essai et aire de chasse – ©Photo B. GILLES

IMG_3621

Photo 2 : Jeune colonie de l’espèce Messor barbarus dans son tube à essai – ©Photo B. GILLES

L’an dernier, j’ai trouvé dans la nature une jeune colonie de l’espèce Formica fusca, une reine probablement issue d’un essaimage de l’année 2013, qui compte actuellement une trentaine d’ouvrières. Elles aussi sont placées dans un nid du même type que les deux espèces précédentes. Avant d’incorporer un nid de plus grande taille, en béton cellulaire ou autre, la colonie doit compter plusieurs (suite…)