Mes élevages de phasmes

L’observation et le suivi du développement des insectes font également partis de ma passion. C’est ainsi que, depuis tout jeune, j’ai mis en élevage toutes sortes d’animaux comme des crapauds, grenouilles et salamandres et d’insectes comme des papillons, des mantes-religieuses,  des Orthoptères (criquets, sauterelles et grillons), des papillons, des Odonates (libellules), des phasmes et des fourmis.

Je vais vous présenter quelques des espèces d’insectes que j’élève et que j’ai pu élever.

Je suis à votre disposition pour tout conseil, renseignement et expertise. Ce sera avec plaisir de vous aider.

Les phasmes

Biologie : Les phasmes sont des insectes dits Hétérométaboles, c’est à dire que les jeunes ressemblent aux imagos (il n’y a pas de métamorphose complète comme chez les papillons par exemple, qui sont eux Holométaboles). Ils sont, pour la plus grande majorité, nocturnes. En journée, ils restent postés immobiles dans le feuillage ou sur le sol. Ils sont tous phytophages (s’alimentant de végétaux). Les phasmes ont surtout la particularité de se camoufler dans leur environnement en mimant la végétation (brindilles, feuilles, lichens…) et pour certains en imitant les mouvements d’une feuille bercée par le vent. Certaines espèces, en plus de ce mode de défense, possèdent des glandes sécrétrices de substances toxiques et/ou nauséabondes.

Une très grande diversité d’espèces, de formes, de mode de vie existent sur la planète. Ce sont plus de 6000 espèces décrites, dont la plupart dans les régions tropicales et équatoriales. Seules 3 espèces sont présentes en France, essentiellement dans le sud :

Clonopsis gallica : Phasme gaulois (jusqu’en Bretagne)

Leptynia hispanica : Phasme espagnol

Bacillus rossius : Phasme de Rossi

  • Carausius morosus, aussi appelé Bâton du diable ou Dixippe morose

Pour l’anecdote, je possède cette espèce depuis mes 11 ans lorsqu’un professeur de 6ème m’a offert un individu. Cela fait donc près de 20 ans que j’entretiens ces descendants, ce qui doit faire près de 17 générations… j’aurai du compter!!

Cette espèce est originaire de l’Inde, elle fait partie de l’Ordre des Phasmatodea et de la Famille des Diapheromeridae. Ce phasme se rencontre actuellement dans de nombreux pays comme l’Afrique du sud, les Etats-unis ou encore l’Angleterre en raison de son introduction en 1897 par R.P. PANTEL, un scientifique qui étudiait un aspect particulier de sa biologie : la parthénogenèse thélytoque (reproduction non sexuée, des descendants sont générés à partir d’une gamète femelle non fécondée, les mâles n’existant pas ou rarissime) (voir cet article).

Ces insectes mesures environ 9 cm à l’état adulte (imago) et vivent environ 12-14 mois. Chaque individu peut pondre plusieurs centaines d’oeufs au cours de sa vie.

Leur élevage est facile et demande peu d’entretien, ce qui en fait un bon outil pédagogique pour les écoles. Ils se nourrissent de ronces et de lierre (des plantes de substitution) durant la nuit.

Oeuf et juvénile de Carausius morosus (Source : https://www.flickr.com/photos/78814204@N02/)

Oeuf et juvénile Carausius morosus

Adulte de Carausius morosus (https://www.flickr.com/photos/78814204@N02/)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Heteropteryx dilatata, ou également Phasme géant dilaté

Ce phasme se rencontre à l’état naturel dans les forêts tropicales du sud est asiatique : Thaïlande, Java, Sumatra et Malaisie. Il fait partie de l’Ordre des Phasmatodea et de la Famille des Phasmatidae.

Contrairement à Carausius morosus, il existe des mâles et des femelles (reproduction sexuée) avec un fort dimorphisme sexuelle. La femelle est verte, possède deux petites ailes atrophiées (vestigiales) et peut mesurer 16 cm pour 70g. Ce qui en fait un des plus gros insectes de la planète! Le mâle est plus petit (12 cm), de couleur marron et avec de grandes ailes de couleur mauve qui lui permettent de voler.

Du fait de leur taille, leur croissance est lente et longue, le stade adulte survient après 18 mois et l’adulte peut vivre 2 à 3 ans. Les oeufs de la femelle font partis des plus gros oeufs d’insectes avec une taille de 9mm sur 5mm. La femelle peut pondre 2 à 4 oeufs par jour.

Cette espèce peut se développer sur du chêne et des ronces, comme beaucoup d’espèces de phasmes, les individus sont nocturnes, il est donc difficile de les observer en action.

Il est a noté que leur manipulation est rendue difficile par leur comportement de défense particulièrement agressif. Lorsqu’ils se sentent dérangés, mâles et femelles prennent une posture d’intimidation et avec leurs pattes arrières, constituées d’importants crochets, agrippent les mains du manipulateur. Les blessures sont douloureuses. Aussi, la femelle émet également un son défensif par le frottement de ses ailes.

Femelle Heteropteryx dilatata (Source : https://www.flickr.com/photos/88896512@N03/)

Mâle Heteropteryx dilatata

Mâle Heteropteryx dilatata (Source : https://www.flickr.com/photos/88896512@N03/)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Femelle Heteropteryx en posture de défense (Source : https://www.flickr.com/photos/jackabob/)

  • Extatosoma tiaratum, aussi nommé Phasme à tiare ou Phasme scorpion

Cette espèce vient d’Australie (Nouvelles Galles du sud et du Queensland), fait partie de l’Ordre des Phasmatodea et de la Famille des Phasmatidae.

Il existe également chez cette espèce un fort dimorphisme sexuel. La femelle mesure 16 cm, a des ailes atrophiées et un abdomen large, recouvert d’excroissances et recourbé à l’instar de la queue des scorpions, d’où son nom. Le mâle, de taille plus petite (10 cm) est de morphologie beaucoup plus fine et allongée, et possèdent de longues ailes lui permettant de voler.

Ce phasme a une croissance rapide, de 4 à 5 mois pour atteindre le stade adulte et une espérance de vie de 4 mois pour les mâles et de 1 an pour les femelles. La femelle peut pondre près de 2 à 4 oeufs par jour.

Ils se nourrissent d’Eucalyptus, de ronce et de Chêne, voir de noisetier et d’Acacia.

Leur manipulation est plutôt facile, même si les femelle montrent un comportement de défense avec leurs pattes recouvertes de crochets, cela reste peu agressif.

Le saviez-vous : Les jeunes de cette espèce ont la particularité de mimer dans la morphologie et le comportement une espèce de fourmi (Leptomyrmex erythrocephalus). Les jeunes se déplacent très rapidement, avec les pattes antérieures relevées pour mimer les antennes de la fourmi. Un comportement qui disparait au deuxième stade. Aussi, les oeufs présentent au niveau du capitulum (capsule de sortie) une boule d’éléments nutritifs (voir photo de l’oeuf). Ainsi, une fois pondu et tombé sur le sol, l’oeuf est récolté par une fourmi puis ramené au nid. Les oeufs sont stockés et mis à l’abris des prédateurs le temps de leur développement. Les jeunes, après l’éclosion, sortent de la fourmilière sans être inquiétés par les fourmis en raison de leur mimétisme mais certainement aussi par la présence de phéromones* sur leur cuticule* inhibant toute agressivité des fourmis.

Femelle adulte d'Extatosoma tiaratum

Femelle adulte d’Extatosoma tiaratum (Source : https://www.flickr.com/photos/88896512@N03/)

Extatosoma tiaratum mâle adulte

Extatosoma tiaratum mâle adulte (Source : https://www.flickr.com/photos/88896512@N03/)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oeufs d'Extatosoma tiaratum

Oeufs d’Extatosoma tiaratum (Source : Oder Zeichner)

 

 

Leptomyrmex erythrocephalus

Leptomyrmex erythrocephalus (Source : AntWeb.org, Andrea Lucky)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Phéromones : Substances chimiques émises par les végétaux et les animaux qui agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce, comme l’attraction sexuelle.

  • Eurycantha calcarata, appelé Phasme cuir ou Phasme à carapace 

Tout comme les deux espèces précédentes, cette espèce appartient à l’Ordre des Phasmatodea et à la Famille des Phasmatidae. Elle vit en Papouasie-Nouvelle Guinée.

C’est un phasme nocturne, de grande taille, le mâle atteint les 10 cm et la femelle 15 cm. Il y a peu de dimorphisme sexuel entre le mâle et la femelle, ils deviennent à l’âge adulte noir, voir marron foncé (mimant l’écorce d’un arbre). Le mâle est plus difficile à manipuler en raison de son comportement défensif agressif et la présence d’épines et d’ergots sur ces pattes postérieures. La femelle est elle plus facile à manipuler.

Le mâle pour se défendre, utilise ces pattes, courbe son abdomen comme le fait un scorpion et, comme la femelle, émet une odeur nauséabonde.

Bien que cette espèce se reproduise de manière sexuée, il y a possibilité pour les femelles d’engendrer de la descendance par parthénogenèse (voir cet article), sans reproduction. Le stade adulte (imago) survient après 5 à 9 mois et peuvent vivre près d’un an à l’état d’imago.

Son alimentation de substitution en élevage peut être constituée de lierre, de ronce et de chêne, des morceaux de pommes et des épluchures de pomme de terre sont appréciés.

Cette espèce est grégaire, les individus se regroupent au sol, cachés, durant la journée.

Eurycantha calcarata adulte

Eurycantha calcarata adultes (Source : https://www.flickr.com/photos/aspexdesign/7173055054/)

Femelle Eurycantha calcarata adulte

Femelle Eurycantha calcarata adulte (Source : https://www.flickr.com/photos/styko/6195284755/)

 

 

Mâle adulte d'Eurycantha calcarata et ses ergots défensifs

Mâle adulte d’Eurycantha calcarata et ses ergots défensifs (Source : https://www.flickr.com/photos/paleo_bear/12558515635/)

 

 

Benoît GILLES
Chargé de recherche – Entomologiste chez Cycle Farms


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *