#

Guide pratique des Papillons de France

Par Jean-Pierre Moussus

Depuis son avènement et sa démocratisation, la photographie numérique s’est largement insérée dans la pratique des naturalistes amateurs et professionnels. Elle est également souvent pratiquée par de nombreux citoyens moins initiés qui un jour, saisis par une rencontre avec une espèce qui leur a paru particulièrement colorée ou qui adoptait un comportement attisant leur curiosité, ont dégainé l’appareil ou le téléphone pour immortaliser cet instant, espérant lui donner un sens à l’occasion grâce à l’avis d’un spécialiste.

Couverture de l’ouvrage « Guide pratique des papillons de France » (Source : Delachaux&Niestlé)

Le Guide pratique des papillons de France (Delachaux et Niestlé) se fixe comme objectif d’accompagner la personne détentrice d’une photographie d’un papillon de jour (Papilionoidea) qu’elle souhaite identifier. Mettre un nom sur cette espèce sera la première étape de l’utilisation de ce livre qui mettra en jeu l’utilisation d’une clé de détermination innovante fonctionnant par blocs d’espèces semblables. Ainsi, le lecteur utilisera sa photo pour progresser de bloc en bloc et se retrouver finalement confronté à la comparaison d’un nombre réduit d’espèces semblables, disposées côte à côte avec des critères morphologiques diagnostiques permettant souvent de conclure.

Grâce à ce système reposant principalement sur l’image et la bonne lecture des critères mentionnés en tête de bloc ou pointés sur les photographies, plus besoin de termes complexes faisant référence à la nomenclature des différentes taches présentes sur ou sous les ailes des papillons puisque celles-ci sont directement pointées avec des traits de légende. Le lecteur sera également guidé dans sa détermination par des informations géographiques lorsque 2 espèces se ressemblent fortement mais que leurs aires de distributions différent.

Enfin, c’est particulièrement important, ce guide ne garantit pas une identification certaine au lecteur. Il précise pour certains groupes (comme le genre Pyrgus chez les Hespéridés ou le genre Hipparchia chez les Nymphalidés) que l’identification sur la base d’une simple photographie, le plus souvent d’une seule des deux faces, est entachée d’une grande incertitude. Plus encore, lorsque sur la base d’une seule face, deux espèces proches sont indiscernables, ceci est précisé explicitement dès la clé de détermination. Certaines identifications pourraient être confirmées par l’étude des pièces génitales ce qui nécessite la capture du papillon et sa manipulation délicate.

Exemple de page de clé de détermination pour une partie des Hespéridés en face inférieure (Source : Delachaux&Niestlé)

Ce guide n’aborde pas cette démarche que l’on peut souhaiter réserver à des entomologistes expérimentés qui réalisent ces manipulations dans le cadre d’activités dont l’objectif est de faire progresser nos connaissances sur les papillons. Lorsque l’identification du spécimen est réussie, le lecteur est renvoyé à la monographie correspondante, chaque espèce bénéficie d’une page dédiée. Ainsi débute le second temps de l’utilisation de ce livre : faire connaissance avec les principales caractéristiques écologiques de l’espèce.

Chaque monographie comporte un encart écologique dans lequel les informations les plus importantes sont symbolisées grâce à des petits diagrammes aisément compréhensibles symbolisant le nombre de générations par an, la gamme d’altitude où vit l’espèce, sa carte de distribution départementale (établie principalement grâce aux données de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel), sa phénologie, son statut de conservation en France et en Europe et deux nouveautés. La première est la niche écologique de l’espèce pour 3 paramètres : la température, le caractère plus ou moins humide du milieu et sa physionomie c’est-à-dire le degré d’ouverture du milieu (pelouse, lande ou environnement plus boisé). Cette niche écologique se matérialise donc comme un rectangle dont la position par rapport aux axes du graphique renseigne sur les exigences thermiques et sur la physionomie des milieux fréquentés. La couleur du rectangle témoigne de l’humidité du milieu. Sa surface est un indicateur du degré de spécialisation de l’espèce pour son habitat (un papillon très exigeant présentera ainsi un rectangle de très petite surface à l’inverse de celui d’une espèce généraliste).

Exemple de monographie consacrée au Cuivré commun (Source : Delachaux&Niestlé)

Le degré de menace climatique est la dernière information présentée sous forme de diagramme. Cet indice dérivé de travaux de modélisation menés par Settele et ses collaborateurs en 2008 et publiés dans « Climatic risk atlas of european butterflies » renseigne sur l’intensité probable de l’impact des changements climatiques sur l’aire de distribution des papillons d’ici la fin du 21ème siècle. Le texte des monographies présente des informations classiques, en particulier les principales plantes-hôtes des chenilles, une liste des principales sous-espèces décrites, le stade d’hivernation ainsi que les relations inter-spécifiques importantes de l’espèce (fourmis associées pour les Lycénidés, parasitoïdes connus). Des particularités biologiques concernant les imagos ou les chenilles sont indiquées dans une rubrique spécifique et le texte se termine en clin d’œil par une section « Le saviez-vous ? » mentionnant un détail biologique, étymologique ou écologique de l’espèce présentée.

Le Guide pratique des papillons de France comporte également une introduction, sorte de petite histoire naturelle des principaux intéressés dont l’objectif est d’inviter le lecteur à l’observation de ces animaux fascinants en donnant du sens à des constats réalisables au quotidien. Elle est complétée par des conseils pour l’observation des papillons ainsi que quelques techniques permettant de les photographier.

Comment ce livre est-il né ?

C’est en août 2016, de retour d’un séjour en Vanoise, véritable paradis du lépidoptériste, qu’a germé l’idée de concevoir un livre à destination de celles et ceux qui souhaitent s’initier à la détermination et à la biologie des papillons de jour. Les naturalistes français avaient déjà la chance de bénéficier de plusieurs ouvrages de très grande qualité, en particulier ceux de Tristan Lafranchis. Toutefois, les clés de détermination existantes supposent de façon implicite que l’observateur dispose d’une vue d’ensemble du spécimen ce qui est loin d’être toujours le cas lorsque l’identification est réalisée a posteriori sur la base d’une photo. Il fallait donc partir de là pour mettre en place un outil de détermination qui puisse aller le plus moins possible à partir d’un cliché d’où la nécessité de proposer une clé totale fonctionnant uniquement avec face supérieure et une seconde avec la face inférieure.

Cette clé devait également s’affranchir des traditionnels alinéas qui forcent à beaucoup tourner les pages et pour lesquels un retour en arrière est souvent difficile en cas d’erreur.

L’ensemble de ces concepts innovants sont le fruit de plusieurs années d’expérience de l’enseignement naturaliste auprès d’étudiants se destinant à enseigner les sciences naturelles et d’échanges avec des collègues qui ont adopté cette démarche en botanique, en particulier Régis Thomas, David Busti et Margarethe Maillart qui ont publié la Petite flore de France.


Qui sont les auteurs ?
Jean-Pierre Moussus (Source : JP Moussus)

Jean-Pierre Moussus : professeur agrégé de Sciences de la Vie et de la Terre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il enseigne principalement la zoologie, l’écologie et la biologie évolutive dans le cadre de la préparation à l’agrégation. Titulaire d’un doctorat en écologie après une thèse consacrée aux impacts des changements climatiques sur la démographie des passereaux communs réalisée au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), il s’est passionné pour l’entomologie par la pratique de la photographie. Avec son équipe pédagogique, il organise chaque année plusieurs stages naturalistes pour ses étudiants afin de les initier à l’écologie et la détermination de la faune et de la flore communes. Il est l’initiateur du projet, a rédigé l’ensemble de l’ouvrage et majoritairement contribué aux photographies.

Thibault Lorin : professeur agrégé de Sciences de la Vie et de la Terre, il exerce dans un lycée de l’académie de Créteil. Titulaire d’un doctorat après une thèse consacrée à l’évolution de la couleur des poissons réalisée à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, il a largement contribué à la mise en place de la maquette du livre et passé beaucoup de temps à tester les clés de détermination.

Alan Cooper : de nationalité anglaise, Alan est un grand passionné de papillons de jour, parcourant l’Europe pour les observer et les photographier, il assure également un suivi régulier des espèces qui peuplent une petite réserve proche de chez lui.  Il est un contributeur photographique important de l’ouvrage.

Pour se procurer l’ouvrage
Autres ouvrages sur les Papillons


Benoît GILLES
Chargé de recherche – Entomologiste chez Cycle Farms